Nouvel An à Luang Prabang

Luang Prabang, Laos le 17/04/2011

 
Luang PrabangNous sommes arrivés à Luang Prabang, ville classée au Patrimoine Mondial de l'UNESCO, à la veille du début des festivités du Pi Mai, le nouvel an Lao, lors du passage du zodiaque du Poisson à celui du Bélier. Cela fesait déjà 3 jours que les enfants et les ados nous arrosaient sur les routes. Chaque année à la mi-avril, le Laos fête Pi Mai. En théorie, les festivités durent 3 jours. A Luang Prabang, cela s'étale sur une semaine. Le premier jour correspond au dernier jour de l'année. Les maisons sont nettoyées de fond en comble. A Luang Prabang, les familles construisent des stupas en sable sur les bords du Mékong, chaque grain de sable représentant un voeu pour l'année à venir. Le deuxième jour, une grande procession a lieu dans les rues. Chaque ethnie des alentours revêt ses vêtements traditionnels, les moines sont aspergés d'eau, et Miss Pi Mai Lao défile sur un éléphant en papier mâché. Le troisième jour ont lieu les cérémonies du baasii : on noue des fils sacrés aux poignets de ses proches (famille et amis). Pi MaiCette fête est surtout prétexte à divertissement: tout le monde s'arrose joyeusement au plus fort de la saison chaude! Nous avons donc participé nous aussi (on n'avait pas trop le choix!). Comme il faisait vraiment chaud, ce n'était pas désagréable d'être aspergé à tous les coins de rue. De la farine de tapioca et du talc étaient également de la partie donc nous étions souvent bien poudrés!
Nous sommes restés cinq nuits et quatre jours dans cette magnifique ville aux allures de vieille France. En effet, la plupart des grandes maisons coloniales, maintenant transformées en hôtels, ont été fortement influencées par des architectes français: certaines ressemblent à des maisons landaises avec colombages et persiennes. CascadesAprès trois jours de fête en ville, le quatrième jour, un peu plus calme, nous nous sommes rendus à une cascade, à 32km de là. La baignade était autorisée dans une eau turquoise et rafraîchissante, entourée d'une végétation luxuriante, donc nous ne nous sommes pas privés!
Nous avions trouvé un hébergement dans un quartier résidentiel, non loin du marché de nuit, à quelques pas des méandres du Mékong. Une charmante famille y tenait une petite guesthouse (4 générations dans la maison). Les arrières-grands-parents, nés en 1940, y parlaient français et aimaient partager les anecdotes du passé. J'aime à me rappeler les fois où Phadichi, 71 ans, me racontait la punition suprême de Monsieur Richard, son professeur Français: il obligait ses élèves indisciplinés à manger des piments! Autour de cette auberge, on peut trouver une multitude de restaurants au bord du fleuve pour siroter de délicieuces cocos fraîches, un marché regorgeant de fruits et d'odeurs de barbecue, et pour finir la rue principale longeant la plupart des temples de la ville. Nos hotesC'est dans celle-ci que la fête battait son plein et que la Beerlao coulait à flot. Luang prabang est pour moi (Rémy), la ville idéale pour manger copieusement sur le pouce à moins de 2€ par personne... Les habitants sont très accueillants et généreux, et la ville est très agréable. On serait bien restés quelques jours de plus mais de nouvelles aventures nous attendaient !
 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Laos